rare Exports: A Christmas Tale

RARE EXPORTS: A CHRISTMAS TALE

2010

RÉALISATION: Jalmari Helander
SCÉNARIO: Jalmari Helander et Juuso Helander
AVEC: Onni Tommila, Jorma Tommila, Tommi Korpela, Rauno Juvonen et Per Christian Ellefsen

C’était le Noël des campeurs samedi dernier à Fantasia! Rare Exports : A Christmas Tale, un favori du circuit des festivals, faisait sa première Québécoise au Theater Hall de l’université Concordia. Louangé par le magazine Rue Morgue (qui en a fait sa page couverture en Décembre 2010), je n’avais d’autre choix que de me joindre à la fête.

Très haut dans les montagnes Finlandaises, une petite communauté voit sa paix tourmentée par une troupe de chercheurs américains. Armés d’engins de forage super puissants, les chercheurs tentent de déterrer ce qui pourrait être le secret de Noël le mieux gardé de tout les temps : La tombe du Père Noël. Ce que les américains ignorent par contre, c’est que les véritables origines du gros barbu n’ont rien à voir avec les pubs de Coca-Cola. Pietari Kontio lui, en sait quelque chose. Le garçon de la montagne a passé tout le générique d’ouverture à se documenter sur le sujet, et ses découvertes sont pour le moins troublantes.

Santa Claus serait à l’origine un vieillard hideux et maigrichon qui le jour de Noël venu, envoyait ses elfes maléfiques pour capturer les enfants qui n’avaient pas été sages. Nul besoin de raconter cette histoire aux adultes de la communauté, qui blâment les américains et leur forage agressif pour le massacre de leur bétail, vraisemblablement attaqué par les loups qui fuient les explosions. La colère des résidents les mènent à s’aventurer au cœur de la montagne, pour y trouver un campement abandonné. Le lendemain matin, le piège à loups du père de Pietari renferme un vieil homme nu et maigrichon à moitié mort. Le patriarche et ses collègues se mystifient devant la robustesse du vieillard dénudé, se demandant d’où il vient et quoi en faire. Pietari intervient, déballant la légende de la montagne qui abrite la dépouille de Saint Nicholas. Les adultes sont sceptiques, mais décident de garder le vieil homme en otage en échange d’une rançon pour la perte de leur bétail.

Bientôt, tous les enfants de la communauté sont portés disparus, et la chasse aux Pères Noël est lancée. Comme pour une communauté de fourmis, s’ils se débarrassent de la reine, les soldats tomberont. Sous les commandements du jeune Pietari, les adultes s’affairent à détruire le véritable Père Noël, libérant ainsi les elfes de leur travail. Et tant qu’à posséder un stock de 198 pères Noël, pourquoi ne pas en faire l’exportation ?!

Basé sur une paire de courts-métrages ayant connue un franc succès sur YouTube (Rare Exports Inc. & Rare Exports : The Official Safety Instructions), Rare Exports : A Christmas Tale jouissait d’une notoriété favorable avant même d’être officiellement dévoilé. L’idée des Pères Noël "suppos de Satan", apportée avec l’humour noir des frères Helander promettait une belle soirée de cinéma, et c’est exactement ce à quoi j’ai eu droit. Si vous êtes comme moi, vous ne dites jamais non à un petit film d’horreur sous le thème du temps des fêtes. C’est rarement bon, mais toujours assez absurde pour en tirer une certaine satisfaction. Rare Exports : A Christmas Tale fait cependant exception : C’est 100% canne de bonbon.

Un compte de Noël fantastique pour les 12 ans et plus, où le héro est un enfant, ça ne laisse pas beaucoup d’espace au faux sang et aux tétons, mais heureusement, celui-ci laisse place à beaucoup d’imagination et de créativité, malgré un budget limité. La comparaison avec le cinéma de Tim Burton me semble inévitable. L’histoire évolue dans un univers progressivement plus fantastique, au rythme des répliques cocasses qui s’enchainent. Somme toute, le scénario, les comédiens et la musique forment une belle équipe, qui donne le ton voulu à chacune des scènes.

À vrai dire, je rigolais comme un enfant jusqu’à la dernière partie du film. Ce qui était jusque là unique et rafraichissant emprunte soudainement un virage facile, parsemé de CGI cheap, qui m’a laissé un peu perplexe. Qu’à cela ne tienne, il s’agit d’un très bel effort de la part des frères Helander qui j’espère, caressent encore l’idée de déterrer Santa Claus au grand écran.

Drôle, intelligent et hautement divertissant, cette belle production Finlandaise est assurée d’une vie prolongée sur Blu-Ray et DVD. En attendant le remake américain. Bien sûr.

  • Robert Parent

  • • Rare Exports (Titre finlandais)
    • Rare Exports : The Truth About Santa (Titre anglais alternatif)

     

    • Scott Pilgrim Vs. The World (2010)
    • Edward Scissorhands (1990)

     

     
     


    Horreur Web © 2003-2011
    Création/rédaction: Dany Champagne • Graphisme: Daniel Bérard