Critique – Exeter (2015)

1400x2100sr

RÉALISATION: Marcus Nispel
SCÉNARIO: Kirsten McCallion
AVEC: Stephen Lang, Kevin Chapman, Kelly Blatz, Brittany Curran et Brett Dier

Marcus Nispel a autrefois eu son 15 minutes de gloire. Il a réalisé le très respectable remake de Texas Chainsaw Massacre, le très correct remake de Friday the 13th et le très oublié (et très méprisé) remake de Conan the Barbarian. S’il est plus souvent relégué au rang de réalisateur de remakes, il tente, cette année, de changer de réputation avec un film d’horreur complètement original, Exeter.

Le film raconte l’histoire d’un groupe de jeunes mené par Patrick (Kelly Blatz) qui décide de faire la fête dans un asile désaffecté, entretenu par l’Église. Or, après une séance de spiritisme, les jeunes gens réveilleront une entité malveillante qui possédera Rory (Michael Ormsby), le frère de Patrick, qui possède toute la confiance du prêtre. Coincé dans l’asile, ce sera à eux de s’en sortir tout en exorcisant Rory.

Si vous lisez d’autres critiques à propos de ce film, vous remarquerez une chose qu’elles ont toute en commun. Elles détruisent le film à néant. Il y a une raison en particulier pour laquelle Exeter est si détesté par ses détracteurs; on ignore si c’est une comédie d’horreur ratée ou un film horrifique qui ne s’assume pas entièrement. C’est un film ambivalent qui est trop drôle pour être pris au sérieux et pas assez à la fois pour être qualifié de comédie. Pour ma part, je dois avouer avoir craqué pour le côté humoristique de l’œuvre.

exeter_still

Le film présente un humour absurde et pince-sans-rire qui fera douter les spectateurs qui ne seront jamais certains si ces tentatives sont voulues ou non. C’est certainement le cas au début où, dès le premier meurtre, un des personnages dit qu’il leur faut un prêtre. Pas la police. Un PRÊTRE! On se demande également la pertinence d’avoir mis un personnage en sous-vêtements avec des cheetos collés sur le dos. Or, tous ses doutes s’envolent lorsque les personnages suivent les étapes d’un guide d’exorcisme pour les nuls sur une tablette électronique.

Les acteurs ont l’air d’avoir du plaisir à incarner leur rôle, malgré que les personnages sont à la fois détestables et sympathiques. Ce ne seront certainement pas de grands rôles dans leur carrière, mais ils pourront se vanter d’avoir passé un bon moment ou, du moins, de nous avoir fait croire que c’était le cas. Mon coup de cœur va à Brett Dier et Nick Nordella qui jouent respectivement le salaud et le stonehead du groupe. Même si leurs personnages sont stéréotypés, on ne peut s’empêcher d’apprécier leur performance.

Le film offre également une image crade qui ne plaira pas à plusieurs. La scène d’ouverture, si elle ne représente pas le ton du film, reste, dans les teintes, fidèle au reste de l’œuvre. Les couleurs sont sales, tirant sur le gris, vert et brun. On remarque une ressemblance, dans cet aspect, avec le remake de Texas Chainsaw Massacre du même réalisateur. Les effets spéciaux sont parfois réussis, donnant droit à quelques scènes plutôt réussies, mais, plus souvent, on a droit à du CGI que l’on voit dans de nombreux clips sur youtube. Des effusions de sang en effet pratique aurait été préférables et pas beaucoup plus dispendieuses que celle faites par ordinateur.

Screen-Shot-2015-03-18-at-10.27.17-AM

Or, ce qui frappe le plus et qui peut en repousser beaucoup est la fin. Celle-ci défie toute logique. L’explication de la possession et la révélation de certains des personnages viennent certes expliquer certains comportements incompréhensibles, mais pose sans aucun doute plus de questions qu’elle ne propose de réponses. À mon avis, cette fin va avec le ton non sérieux adopté dans le film.

Vous remarquerez sans doute que la présente critique semble très positive, mais, ne vous méprenez pas, Exeter est loin d’être un bon film. Cependant, il reste un divertissement plaisant si vous osez mettre la switch à off et vous vous laissez emballer par les tentatives humoristiques proposées. Pour ma part, Nispel garde tout mon respect et, sans être un grand réalisateur, reste un atout pour le genre.

 

notet2

note3

 

 

 

bandeannoncet2

————————————————————————————————————————————–


————————————————————————————————————————————–

The following two tabs change content below.
Pat ne fait que parler de films d'horreur avec ses amis. Sentant que ceux-ci commençaient à en avoir plein leur c*l d'en entendre parler, il décida de joindre l'équipe d'Horreur-Web en 2015 pour laisser libre cour à sa passion. Lorsqu'il n'est pas en train de visionner, de critiquer ou de débattre de cinéma, Pat passe son temps à faire son douchebag en pratiquant le crossfit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest