Critique – Grace: The Possession (2014)


grace-the-possessionRÉALISATION:
 Jeff Chan
SCÉNARIO:  Jeff Chan et Chris Pare 
AVEC: Alexia Fast, Alexis Knapp, Lin Shaye, Brett Dier et Joel David Moore

Nous sommes dans une période très prolifique pour le cinéma d’horreur. Les jeunes cinéastes indépendants fourmillent autour du genre et lui apportent du sang neuf. Le cinéaste Jeff Chan, qui s’est fait remarquer avec des courts-métrages en lien avec le jeu vidéo Call Of Duty, tente de revigorer le film de possession avec Grace: The Possession.

L’histoire de Grace : The Possession, se résume parfaitement avec son titre! C’est l’histoire de Grace qui est possédée!! Lorsque la jeune femme quitte les griffes de sa grand-mère catholique pour aller étudier à l’université, elle est confrontée à tous les vices. Les garçons, l’alcool, la drogue et le plaisir sont tous des éléments qui lui ont été strictement défendus par sa grand-mère, qui l’a élevée lorsque sa mère est décédée en accouchant. Son initiation à tous ces plaisirs concorde avec l’arrivée d’un démon qui prend possession de son corps. Si la jeune femme croit d’abord que son comportement étrange est relié au fait qu’elle a désobéit sa grand-mère, il devient rapidement clair que quelque chose de louche la hante et que le tout pourrait bien être relié à la mort de sa mère.

Ce qui différencie cette histoire de possession assez classique des autres, c’est qu’elle est entièrement racontée du point de vue de la possédée. C’est la même tactique utilisée par le réalisateur Franck Khalfoun pour son remake de Maniac sorti l’année dernière. Comme le film qui mettait en vedette Elijah Wood, Grace : The Possession exploite un concept intéressant qui permet de présenter l’envers de la médaille. Le simple fait de s’imaginer The Exorcist, entièrement présenté du point de vue de Linda Blair prouve que le film de possession démoniaque est un sous-genre qui se prête bien à ce genre d’expérience.

dsf

Malheureusement, l’ingéniosité de Grace : The Possession s’arrête à son concept. Le film de Jeff Chan est un found footage déguisé qui se cache derrière l’excuse du « point de vue de l’héroïne » pour emprunter des raccourcis narratifs et techniques. Pendant une bonne partie de la durée de son film, Chan nous ennuie en testant maladroitement tous les options d’un film tourné du point de vue d’un personnage. Celui-ci hoche la tête, se passe les mains au visage et se regarde constamment dans le miroir. Au bout d’un certain temps, Grace: The Possession tombe dans le piège du gimmick alors qu’on sent clairement que le réalisateur tente d’impressionner le spectateur avec des effets de caméra au détriment de son récit.

Encore plus navrant est que l’histoire de possession ne contient pas la moindre trace d’originalité, comme si de placer la caméra à la hauteur des yeux de l’héroïne était suffisant pour plaire au public. Le scénario nous sert sans conviction les clichés du genre, à débuter par une héroïne éduquée par un parent religieux et conservateur. Dans le cas de Grace: The Possession, il s’agit d’une grand-mère interprétée par Lin Shaye (Insidious) qui est l’un des rares points forts de l’oeuvre. Ajoutez à l’équation un jeune prêtre repentant personnifié par un Joel David Moore (Hatchet) gaspillé. Une scène d’exorcisme qui ne fait pas le poids à côté des récents Deliver Us From Evil, The Possession, The Devil Inside et The Last Exorcism!

dae24ffea-1

Ce qui fait office du dernier clou dans le cercueil de Grace: The Possession, ce sont ses effets spéciaux bas de gamme et trop souvent agressifs. Car, lorsqu’il se contente de témoigner du quotidien d’une jeune femme possédée, le film se tolère. C’est lorsque l’horreur entre en jeu qu’il perd toute sa crédibilité. Premièrement, les hallucinations qui affligent Grace sont trop nombreuses et abusent d’effets CGI semblables à ceux préconisés par le réseau SyFy. Puis, le dernier tiers est une cacophonie d’effets spéciaux ratés mêlée à une scène d’exorcisme qui fait beaucoup de bruit pour pas grand chose.

Le film de possession raconté du point de vue de la possédée est un concept intéressant et je suis d’avis qu’il est possible de réussir son pari. Mais pas avec Jeff Chan aux commandes. Grace: The Possession souffre d’un scénario sans envergure et d’une réalisation sans saveur. De plus sa distribution est largement gaspillée. À éviter!

-Dany Champagne

notet2

note3

bandeannoncet2

————————————————————————————————————————————–


————————————————————————————————————————————–

The following two tabs change content below.
Lorsqu'il ne s'occupe pas de ses trois petits monstres à la maison, Dany Champagne traite d'une autre forme de monstre sur Horreur-web.com, le site qu'il a créé en 2003. Il a une prédilection pour les slashers des années 80 et les films gothiques du studio Hammer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest